TPB AFK:
The Pirate Bay Away From Keyboard

Flattr

Quand on lit un article sur le site du quotidien berlinois tageszeitung, on découvre à la fin une petite phrase « Dieser Artikel ist mir etwas wert », autrement dit, « pour moi, cet article a de la valeur ». Il y a aussi un petit bouton vert marqué Flattr. En cliquant dessus, on peut faire un don pour l’article que l’on vient de lire. Le montant est libre, il faut juste disposer d’un compte Flattr.

Ce service de micro-paiements existe depuis 2010. Il a été fondé par Peter Sunde, l’ancien porte-parole de Pirate Bay. La plupart des internautes versent quelques cents par article ou podcast, d’où le terme de micro-paiement. En se connectant, ils déterminent une somme mensuelle qu’ils sont prêts à verser sur le Net. Lorsqu’ils tombent sur un contenu qui leur plaît – article, podcast, vidéo – ils peuvent effectuer un paiement en cliquant sur le bouton Flattr. A la fin du mois, Flattr fait le décompte du nombre de clicks et répartit équitablement la somme prédéfinie par l’internaute entre les différents contenus. L’internaute qui verse par exemple quatre euros par mois et qui décide de soutenir 10 contenus Web via Flattr, chacun de ces dix contenus se verra attribuer 40 cents.

Mais rares sont les journalistes, bloggeurs ou musiciens qui parviennent à s’autofinancer grâce aux dons de Flattr. En novembre, la tageszeitung a collecté 897,28 euros avec le bouton Flattr. A peine de quoi mettre un peu de beurre dans les épinards…

Le Service de micro-donations Flattr a annoncé un renouvellement : Au lieu de devoir passer obligatoirement à travers Flattr, les internautes peuvent désormais faire une micro-donation aussi à travers d'autres services tels que Twitter, Instagram, Flickr, SoundCloud et Vimeo. Le clic sur ces services sera compté alors sur le compte Flattr.

Powered By LinkLib.